Home > Culture > Sébastien GALPIER : « La communication de la candidature à la Capitale Européenne est peu comprise par les habitants et les collectivités »

Sébastien GALPIER : « La communication de la candidature à la Capitale Européenne est peu comprise par les habitants et les collectivités »

Partageons l'information !

Rencontre avec M. Sébastien GALPIER, nouveau Vice-président à la Culture et au Patrimoine du Puy-de-Dôme. Nouvellement élu lors des élections départementales de juin 2021, nous avons pu lui poser quelques questions juste avant la représentation “Hystérie au Couvent” mise en scène par LeeVoirien. Spectacle vivant, Capitale Européenne de la Culture, Patrimoine, Culture Geek ont été évoqués.

Présentez vous aux Clermontois.

Après quelques temps passés au sein de la gendarmerie, institution que je n’ai jamais quittée étant aujourd’hui réserviste et aide moniteur, j’ai fait un peu d’étude dans la biologie et le droit avant de devenir entrepreneur dans le centre ville de Clermont-Ferrand. Mari et père de deux enfants, je me suis lancé en politique il y a deux ans environ avec les élections municipales de Clermont-Ferrand. À cette époque, je n’étais pas du tout politisé, je n’avais pas d’étiquette. J’ai continué mon engagement en politique avec Les Républicains (LR) parce que c’était le groupe politique qui me correspondait le plus dans les idées et les valeurs.

Comment vivez-vous votre mandat de conseiller départemental ? 

Je le vis plutôt bien, au jour le jour. J’ai la chance de travailler juste à côté du Conseil Départemental ce qui me permet d’être disponible pour ma mission. Je travaille sur le plateau central. Je m’épanouie tous les jours dans les différentes tâches qui m’incombent. Étant plutôt jeune pour un homme politique (NDLR : 33 ans), je me dois de montrer le meilleur de moi-même pour prouver que la compétence n’est pas une question d’âge. J’en profite pour lancer un message à notre jeunesse pour qu’elle s’engage en politique quelque soit le bord soutenu. Notre démocratie a besoin d’eux.

Aujourd’hui Vice-président à la Culture et au Patrimoine, quelles sont les raisons qui vous ont conduites vers cette délégation ? 

On m’a fait des propositions et c’était vraiment la Vice-présidence que je voulais. Je remercie Lionel CHAUVIN de m’avoir confié cette mission. J’ai toujours été impliqué au niveau de la Culture : je suis ancien artiste dans le sens où j’étais batteur dans un groupe de musique. J’ai fait de belles scènes, de beaux spectacles. Au niveau de la culture littéraire, j’ai toujours beaucoup lu, je suis plutôt dans le fantastique. J’ai toujours été proche de la culture à tous les moments de ma vie.

Soutenez Incandescence

Un média associatif local en accès gratuit, animé par une équipe de bénévoles a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Un don ponctuel ou mensuel nous permet de faire vivre Incandescence.

Votre présence au spectacle de LeeVoirien marque un soutien marqué au spectacle vivant et à la diversité : quel message voulez vous faire passer ? 

Les 3 piliers du département sont accompagner, protéger et innover. On accompagnera tous les publics, pour que le département soit inclusif. On protégera tous types de publics, tous types de spectacles. Nous sommes une majorité de centre-droit mais on est aussi dans l’ouverture en termes de culture.

Plus largement, quels axes culturels souhaitez vous développer pendant votre mandat ? 

La politique d’ensemble est pour le moment en réflexion et des arbitrages doivent encore avoir lieu. Je suis très tourné sur l’innovation au niveau de la culture. Aujourd’hui, il y a une culture mise en marge ou qui est caricaturée : la geek culture. Elle est, selon moi, une culture sous-estimée et fédère beaucoup de jeunes. À Clermont-Ferrand, il y a énormément de jeunes présents à la Geek Convention. Ils ont un message à faire passer, un message d’ouverture au monde, un message de tolérance, un message de créativité. Ce sont des mondes, des narrations à découvrir pour petits et grands. 

Je souhaite également mêler le patrimoine et la culture. C’est-à-dire proposer des spectacles le plus possible dans des lieux de patrimoine : dans des églises, des châteaux, des monuments historiques. L’objectif est d’entremêler la culture et le patrimoine afin de faire revenir les Puydômois dans leur patrimoine avec, par exemple, cette excuse d’un concert pour profiter de la culture et du patrimoine. 

Cet article vous intéresse ?

Recevez les prochains directement dans votre boîte mail en vous inscrivant à notre newsletter.

« Clermont-Ferrand Massif Central 2028 » : par cette nouvelle appellation, la ville de Clermont-Ferrand vous appelle à vous associer pour devenir capitale européenne de la culture. Comment le département s’associe-t-il ou s’associera-t-il à cette démarche ? 

Élus depuis seulement 3 mois, nous avons naturellement pris connaissance de ce dossier à la hauteur des enjeux qu’il soulève. En ce sens, j’ai été approché il y a peu de temps par le directeur de l’association qui porte le projet pour que le département soit un partenaire. Nous nous sommes engagés à nous revoir rapidement, nous restons ouverts et attentifs aux doléances de cette association mais nous souhaitons qu’il y ait un temps de discussion avant tout engagement.

C’est un projet ambitieux qui nécessitera un financement important. Nous serons donc soucieux de la qualité de la candidature et nous souhaitons tout mettre en oeuvre pour que les collectivités, les artistes et les associations du territoire soient véritablement parties prenantes afin que chacun bénéficie en retour du rayonnement de ce projet.

Aussi, avant de prendre une décision définitive, je veux avoir, avec l’association, une réflexion sur la communication de la candidature qui est à mon sens peu comprise par les habitants et les collectivités. Nous devons donc nous mettre très prochainement autour de la table pour préciser tout cela.

Notre territoire est riche de patrimoine (historique, naturel, mémoriel) : pensez-vous qu’aujourd’hui il est correctement mis en œuvre ? 

Une de mes promesses de campagne était d’ouvrir les sites patrimoniaux du Puy-de-Dôme aux jeunes et aux plus anciens. Il y a vraiment un effort de communication à faire sur la promotion de notre patrimoine. Je n’oublie pas également l’effort à faire sur l’accessibilité en proposant à nos étudiants, à nos collégiens un accès privilégié aux sites patrimoniaux. Notre département est si riche en culture et en patrimoine. C’est dommage que nos jeunes passent à côté.

Un sujet qui vous tient à cœur ? 

Je pense évidemment aux Automnales. C’est vraiment l’événement phare du Puy-de-Dôme depuis 1995. Elles représentent la saison culturelle du Puy-de-Dôme qui a débuté dimanche dernier à Lezoux. Pour nous, c’est un moment très important car c’est un travail formidable des services du département. Les automnales permettent de mettre en avant des artistes locaux du Puy-de-Dôme, de l’Auvergne, avec l’aide des associations, des mairies. Nous les accompagnons pour proposer à leur public, partout dans le Puy-de-Dôme, des spectacles professionnels de qualité.

Cet article vous intéresse ?

Recevez les prochains directement dans votre boîte mail en vous inscrivant à notre newsletter.

Partageons l'information !

À découvrir également
Tribune : « Le Projet InspiRe, grande concertation ou grosse supercherie ? »
« Sur les pas de Dubuffet en Auvergne » au MARQ
InspiRe : les habitants ont des idées mais sont-ils écoutés ?
Clermont-Ferrand : le béton étouffe la voix des citoyens

Laisser une réponse