Home > Culture > Les Mystères de Pascal au Musée d’Art Roger Quilliot

Les Mystères de Pascal au Musée d’Art Roger Quilliot

Partageons l'information !

Voici l’exposition attendue dans le cadre du 400° anniversaire de la naissance de Blaise Pascal et elle ne déçoit pas ! Elle compte 100 numéros : 70 œuvres et 30 documents et ouvrages.

Elle est répartie en deux salles, l’une évoque le grand homme, scientifique, philosophe, écrivain… l’autre expose les représentations de Blaise Pascal. Je ne vais pas répéter une biographie de l’illustre savant ni faire une liste des œuvres, mais citer quelques éléments particulièrement intéressants.

Blaise Pascal : le clermontois, le scientifique, le religieux, le politique, …

Tous d’abord dans la première salle vous pourrez admirer le manuscrit des Pensées : on sait que Blaise Pascal écrivait les pensées sur des morceaux de papier volants de tailles variables. Ensuite sa famille, en particulier sa sœur Gilberte, a essayé de répertorier et classer ces pensées ; elles ont été ordonnées et collées dans un cahier qui est présenté ici. Voici un objet particulièrement émouvant ! A noter que les livres sont exposés dans des boites avec un couvercle de cuir qu’il faut déplacer pour les découvrir : c’est étonnant mais finalement assez astucieux ; il faut faire un (petit!) effort pour voir l’objet et cela lui
donne un caractère précieux.

L’ex-voto de Marguerite Perier, peint par François II Quesnel est touchant : il émane de cette enfant un sentiment de quiétude et de confiance, un certain détachement aussi. Vous remarquerez un tableau Mise au tombeau d’après Simon Vouet qui aurait été commandé par Blaise Pascal lui même pour la chapelle de Bienassis, c’est du moins ce que dit la catalogue du musée de Clermont de 1861. Jusqu’à présent rien n’a permis de le prouver, mais l’histoire est belle et fait rêver !

Mise au tombeau d’après Simon Vouet.

Un tableau du XIX° Blaise Pascal au milieu de ses contradicteurs de Jean-Louis Charbonnel, un peintre originaire du Cantal, reconstitue une scène tout à fait imaginaire mais finalement conforme à l’image que nous pouvons nous faire de Pascal.

Le manuscrit des Pensées (conservé à la Bibliothèque Nationale)
L’ex-voto de Marguerite Périer, fille de Gilberte Pascal, attribuée à François II Quesnel
Pascal au milieu de ses contradicteurs de Jean-Louis Charbonnel

Soutenez Incandescence

Un média associatif local en accès gratuit, animé par une équipe de bénévoles a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Un don ponctuel ou mensuel nous permet de faire vivre Incandescence.

La postérité de Blaise Pascal

Dans la deuxième salle se trouvent des œuvre d’artistes à priori inattendus : Dufy, Gleizes, Brayer, Odilon Redon… mais aussi les produits dérivés de l’ex Université Blaise Pascal ou le billet de 500 F à son effigie… Mais j’ai été particulièrement touché par les petites tableaux de style flamand de Philippe Durin, un ancien cadre Michelin, qui a représenté le château de Bien-Assis ainsi que son cabinet des livres. Voici de précieuses reconstitutions fort bien faites qui permettent d’imaginer Bien-Assis du temps de sa splendeur et du temps de Pascal. Quel dommage que ces tableaux ne soient même pas cités dans le journal-catalogue (Hors série de L’objet d’art) pourtant fort bien fait !

L’homme parmi les nombres ou les symboles, étude pour une illustration des Pensées
réalisée par Albert Gleizes.
Blaise Pascal et Galilée de Raoul Dufy.
Les visiteurs de Bien-Assis par Philippe Durin.

Attention la grande statue de Ramey ne se trouve pas dans l’exposition, elle est dans la partie des collections permanentes. La personne à l’accueil m’a expliqué qu’elle était trop lourde pour être déplacée, ce qui est curieux car elle se trouvait dans la salle de la deuxième partie de l’exposition lorsque existait un espace Blaise Pascal.

Un petit regret : dans des photos anciennes de Bien-Assis se reconnait le portail qui a été démonté et réinstallé au jardin Lecoq. Mais rien n’indique qu’il existe toujours. C’est dommage pour les visiteurs ne connaissant pas Clermont-Ferrand…

Le cabinet des livres à Bien-Assis par Philippe Durin.

L’exposition a lieu jusqu’au 15 octobre. À ne pas rater !

Laurent TEITGEN

Cet article vous intéresse ?

Recevez les prochains directement dans votre boîte mail en vous inscrivant à notre newsletter.

Partageons l'information !

À découvrir également
#SaccageClermont : le cauchemar de la municipalité
Exposition à la salle Gaillard : « Faut-il voyager pour être heureux ? »
Exposition Circulation(s) du collectif Fétart à l’Hôtel Fontfreyde
Les Carrosses de Blaise Pascal : une exposition place des Carmes au siège de Michelin

Laisser une réponse