Home > Société > Rassemblement clermontois de soutien à l’Arménie

Rassemblement clermontois de soutien à l’Arménie

Partageons l'information !

Réunis les 15 et 16 septembre à l’occasion d’un sommet de l’organisation de coopération de Shangaï (OCS), les dirigeants de la Turquie et de la Russie sont apparus un soir de manière tout à fait inhabituelle sur nos écrans. Toute notre attention étant tournée vers l’Ukraine, aucun journaliste ou presque n’a évoqué le fait que ces responsables politiques sont aussi directement concernés par un autre conflit d’une violence extrême. Et pourtant…

Quelques jours auparavant, dans la nuit du 12 au 13 septembre, des bombes venues d’Azerbaïdjan (autre pays membre de l’OCS) sont tombées sur l’Arménie, provoquant dans la foulée une demande de cessez-le-feu de la part de la Russie et une saisie par la France du Conseil de sécurité de l’ONU.

Une guerre dont on parle peu, et dont l’épicentre est en réalité la république autoproclamée d’Artsakh, née comme beaucoup d’autres de l’éclatement de l’URSS. Une formidable poudrière autour de laquelle plusieurs dizaines de milliers d’hommes sont déjà mobilisés aux frontières de la Turquie et de l’Iran. Un petit bout de terre montagneuse où 120 000 habitants, hommes, femmes et enfants, tel un village gaulois « résistent encore et toujours à l’envahisseur », mais pour combien de temps ?

Solidement ancré dans une culture chrétienne multimillénaire autant que dans la conviction qu’un État de droit est le meilleur rempart contre toutes les barbaries, ce peuple surprenant a délégué récemment un de ses représentants officiels à Clermont-Ferrand.

Hovanes GUEVORKIAN est venu décrire l’enfer du quotidien, réaffirmer la calme détermination de ses compatriotes et appeler à l’aide. Car derrière la modestie du diplomate, la froideur des cartes et le réalisme terrifiant des images tournées fièrement sur place par leurs agresseurs projetés sur les écrans de la Maison de la culture, c’est bien un SOS qui a été lancé à l’occasion du quarantième anniversaire de l’association Rencontres et Culture Arménienne (RCA).

Présent à cette rencontre, Alain Néri, ancien sénateur socialiste du Puy-de-Dôme, a proposé son aide pour nouer des contacts avec les membres de l’OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) dont il a aussi été vice-président.

Soutenez Incandescence

Un média associatif local en accès gratuit, animé par une équipe de bénévoles a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Un don ponctuel ou mensuel nous permet de faire vivre Incandescence.

La précision des questions posées ensuite par les participants de toutes les générations a bien montré leur intérêt et leur connaissance de la situation, mais que peut-on bien faire quand on habite si loin du champ de bataille ?

Question cruelle que se posent toutes les diasporas… à laquelle Claudine KATCHADOURIAN, présidente de RCA, a répondu sans hésiter : accueillir et intégrer les Arméniens qui rejoignent aujourd’hui l’Auvergne, garder au maximum le contact avec les étudiants passés par Clermont et rentrés dans leur pays, expliquer encore et toujours, et surtout faire face à l’urgence en mobilisant tous les Clermontois.

Après l’inauguration officielle de la place d’Arménie en juillet dernier, c’est sur la place de Jaude qu’elle leur donne rendez-vous le 8 octobre à 14h, avant une manifestation devant la Préfecture à 16h30.

Christiane DEMOUSTIER

Cet article vous intéresse ?

Recevez les prochains directement dans votre boîte mail en vous inscrivant à notre newsletter.

Partageons l'information !

À découvrir également
Tribune : « Le Projet InspiRe, grande concertation ou grosse supercherie ? »
« Sur les pas de Dubuffet en Auvergne » au MARQ
InspiRe : les habitants ont des idées mais sont-ils écoutés ?
Clermont-Ferrand : le béton étouffe la voix des citoyens

Laisser une réponse