Home > Société > ClerMUN : des invités prestigieux, pour un colloque international à l’Hôtel de Région

ClerMUN : des invités prestigieux, pour un colloque international à l’Hôtel de Région

Partageons l'information !

Du 8 au 10 novembre 2021, un ambassadeur de France et ancien secrétaire général adjoint de l’Organisation des Nations Unies, un ancien directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé, le directeur du développement durable du groupe Michelin, le consul des Etats-Unis à Lyon et une réfugiée Syrienne seront réunis à l’Hôtel de Région à Clermont-Ferrand.

Un sommet diplomatique ? En quelque sorte puisque se tiendront trois jours de colloque du « Model United Nations ». MUN est l’acronyme anglophone pour Modélisation des Nations Unies (MNU). Il s’agira du premier ClerMUN, c’est-à-dire de la tenue dans la capitale auvergne de cet événement international.

A l’initiative de l’Ecole Massillon, et en particulier de sa section internationale, la centaine de participants, lycéens et étudiants, clermontois ou venus de plusieurs pays étrangers dont la Croatie, l’Italie, l’Espagne ou la Suisse, simuleront trois jours de session de l’Organisation des Nations Unies (ONU). Chaque participant se verra investi de la mission de représenter un pays ou une institution, comme le font les ambassadeurs des états à l’ONU, et de défendre les positions officielles de ces états.

Ces sessions officielles concluront un an d’intense travail pédagogique.

En effet, les participants auront dû se former en détail aux missions de l’ONU, à son fonctionnement et à son protocole. Ils auront conduit des recherches approfondies sur la position officielle de chacun des pays participants sur des questions aussi variées que, par exemple, le trafic des ventes d’armes à l’échelle mondiale, les mobilités internationales à l’heure de la pandémie, ou encore la prévention du trafic de femmes et d’enfants pour enrayer la prostitution forcée et l’adoption illégale. Autant de sujets qui développent la curiosité des élèves sur les problématiques géopolitiques.

La maîtrise de la langue anglaise fait également partie du travail de préparation puisque, comme à l’ONU, les deux langues officielles sont le français et l’anglais. Enfin, chaque établissement scolaire qui a à cœur de donner la meilleure image de ses élèves et donc de lui-même aura proposé des ateliers pour préparer les futurs participants à la prise de parole en public, au débat, à l’argumentation et à la négociation pour que chacun défende au mieux le pays qu’elle ou il représentera.

L’organisation logistique est aussi l’une des dimensions de l’apprentissage puisque l’école qui reçoit doit organiser l’événement dans toutes ses dimensions.

L’AFNU : Promouvoir les Nations Unies et le multilatéralisme en particulier auprès des jeunes générations

L’organisation de cet événement est parrainée par l’Association Française des Nations Unis (AFNU) qui délègue sur place des intervenants ayant tous occupé des responsabilités importantes au sein des instances internationales et dédient une partie de leur temps à faire partager leur passion aux jeunes.

Les quatre missions suivantes constituent les piliers de l’action de l’AFNU : Promouvoir les Nations Unies et le multilatéralisme en particulier auprès des jeunes générations, fédérer les associations qui interviennent dans le domaine des Nations Unies ainsi que les diplomates, chercheurs et journalistes travaillant sur le sujet, informer les Français sur l’actualité des Nations Unies en partenariat un réseau mondial, être un lieu de réflexion et de débats sur les Nations Unies et leur action.

Soutenez Incandescence

Un média associatif local en accès gratuit, animé par une équipe de bénévoles a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Un don ponctuel ou mensuel nous permet de faire vivre Incandescence.

Ce type d’événement est peu fréquent dans les lycées français alors qu’il est très connu à l’étranger. En France, le lycée international de Ferney Voltaire, situé à la frontière avec la Suisse, était la seule école française à organiser cet événement jusqu’à ce que le lycée Massillon organise cette première édition du ClerMUN. A l’étranger, parmi les MUN les plus connus, ceux des grandes universités américaines comme Stanford, Harward ou Berkeley figurent en haut de liste.

Un bel événement pour faire connaitre et promouvoir notre ville et notre région. D’ailleurs, la ville de Clermont-Ferrand, le département du Puy-de-Dôme, la Région et de nombreuses entreprises ne s’y sont pas trompés en décidant de parrainer cet événement et de participer financièrement à sa réussite.

Cet article vous intéresse ?

Recevez les prochains directement dans votre boîte mail en vous inscrivant à notre newsletter.

L’école bilingue internationale (EBI)

Au sein de l’école Massillon, l’EBI est une structure originale qui a développé au cours des 30 dernières années un savoir-faire unique dans l’accueil et la scolarisation d’enfants, français et étrangers, ayant étudiés dans des systèmes scolaires différents de celui de notre pays.

Cette structure, crée à l’origine sous l’impulsion de Michelin, est un atout pour les entreprises de la région et pour l’université qui reçoivent des collaborateurs provenant de l’étranger. En effet, la mobilité professionnelle est souvent conditionnée aux possibilités de scolarisation des enfants.

Le savoir-faire de l’EBI permet d’accueillir des élèves ne parlant ni français, ni anglais et de les intégrer progressivement dans un cursus francophone. A l’issue d’une année scolaire, les enfants sont à l’aise dans leur nouveau cursus et peuvent suivre en parallèle des options qui leur permettront au retour dans leur pays de réintégrer leurs systèmes scolaires d’origine.

C’est ainsi que si dans les salles de classe, comme à l’ONU, on pratique le français et l’anglais, dans la cour de récréation on peut entendre des enfants jouer en japonais, roumain, allemand, chinois, suédois ou encore en parlant des dialectes indiens.

Partageons l'information !

À découvrir également
Tribune : « Le Projet InspiRe, grande concertation ou grosse supercherie ? »
« Sur les pas de Dubuffet en Auvergne » au MARQ
InspiRe : les habitants ont des idées mais sont-ils écoutés ?
Clermont-Ferrand : le béton étouffe la voix des citoyens

Laisser une réponse