Home > Culture > Mondes Sensibles au musée Bargoin à Clermont-Ferrand

Mondes Sensibles au musée Bargoin à Clermont-Ferrand

Partageons l'information !

Cette exposition présente une sélection de 90 pièces de vêtements en textile issues d’un ensemble acquis en 2019 auprès des collectionneurs belges Colette et Jean Pierre Ghysels. Ces pièces proviennent des milieux ruraux et tribaux d’Asie, des Amériques et d’Afrique.

L’exposition est divisée en 7 sections, les titres étant un peu alambiqués, j’ai retraduit le contenu entre parenthèses pour une meilleure compréhension :

  1. Ma place dans la groupe (le costume signe d’appartenance à un groupe),
  2. Enfances (vêtements d’enfants),
  3. Là d’où je viens (les costumes régionaux),
  4. Les apparences du pouvoir (les marques de pouvoir dans le costume),
  5. Marquer l’alliance (les costumes de mariage),
  6. Maintenir l’harmonie (la protection et le confort apportés par le vêtement),
  7. Se relier à l’invisible et honorer le vie (les costumes religieux).

Soutenez Incandescence

Un média associatif local en accès gratuit, animé par une équipe de bénévoles a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Un don ponctuel ou mensuel nous permet de faire vivre Incandescence.

Peut être aurais je préféré une présentation géographique : côte à côte le kimono aux porte-bonheurs du petit japonais, la tenue du samouraï et la robe de marié de la japonaise. Les pièces sont en fait dispersées dans les différentes sections. Mais ne boudons pas notre plaisir : ces vêtements sont magnifiques et certains très rares. Ce sont des témoignages très précieux du goût et de la diversité des civilisations.

Plastron d’enfant du Turkménistan
Manteau d’homme d’Ouzbékistan
Costume de chamane des Philippines
Corsage du Panama : un vrai tableau !
Cape chinoise, pas forcément esthétique mais efficace sous les climats rudes
Kimono d’enfant

Clermont-Ferrand et le musée Bargoin ont sans doute une excellente opportunité de devenir une référence sur les textiles du monde avec, pourquoi pas, des collaborations avec d’autres musées et le développement de programmes d’études et de recherche dans ce domaine. L’exposition a lieu jusqu’au 31 juillet et l’entrée est gratuite : aucune raison de ne pas y aller !

Laurent Teitgen

Cet article vous intéresse ?

Recevez les prochains directement dans votre boîte mail en vous inscrivant à notre newsletter.

Partageons l'information !

À découvrir également
Tribune : « Le Projet InspiRe, grande concertation ou grosse supercherie ? »
« Sur les pas de Dubuffet en Auvergne » au MARQ
InspiRe : les habitants ont des idées mais sont-ils écoutés ?
Clermont-Ferrand : le béton étouffe la voix des citoyens

Laisser une réponse