Home > Sport > Le R3CA et le FC Chamalières, dans l’ombre des géants

Le R3CA et le FC Chamalières, dans l’ombre des géants

Partageons l'information !

Alors que Clermont-Ferrand fait désormais partie du cercle très fermé des villes qui comptent un club en Top 14 et en Ligue 1, avec l’ASM Clermont Auvergne et le Clermont Foot, le Rugby Club Clermont Cournon d’Auvergne (R3CA) et le Football Club de Chamalières (FCC) tentent d’exister au niveau amateur. Explication.

Une métropole riche en clubs au plus haut niveau de leur discipline

C’était en Juin dernier, le Clermont Foot 63 validait son billet pour évoluer en Ligue 1, soit le plus haut niveau du football français. Une montée qui faisait de Clermont-Ferrand une des rares villes, avec Paris, Lyon, Bordeaux et Montpellier, a avoir sur son territoire deux clubs professionnels au plus haut niveau des deux compétitions majeures du sport français, la Ligue 1 de football et le Top 14 de rugby.

Si on ajoute l’ASM Romagnat Rugby Féminin en Elite et le VBC Chamalières en Ligue A Féminine, la métropole clermontoise est plutôt bien fournie en clubs au plus haut niveau dans leur discipline.

Le R3CA et le FC Chamalières cherchent la lumière

Mais derrière ces mastodontes aux budgets colossaux de respectivement 32M€ pour l’ASM Clermont Auvergne et 20,7M€ pour le CF63, 4 niveaux plus bas, le R3CA et le FC Chamalières cherchent à exister.

En effet, que ce soit en National 2 pour le Football Club de Chamalières ou en Fédérale 2 pour le Rugby Club Clermont Cournon d’Auvergne (R3CA), il est difficile d’attirer la lumière quand les projecteurs de plusieurs milliers de lux illuminent le Stade Marcel Michelin et le Stade Gabriel Montpied.

Des clubs indispensables dans l’éco-système sportif

Pourtant, ces clubs amateurs sont indispensables dans l’éco-système sportif de la métropole clermontoise. Mais pour évoluer dans des championnats exigeants il faut des moyens, généralement apportés par les collectivités via des subventions, par les sponsors, les supporters (entrées et buvette) et licences.

Côté subventions, si les mairies de Clermont-Ferrand, Cournon et Chamalières jouent le jeu, les autres collectivités, notamment Clermont Auvergne Métropole, peinent à soutenir des équipes de 2ème division…

Soutenez Incandescence

Un média associatif local en accès gratuit, animé par une équipe de bénévoles a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs.

Un don ponctuel ou mensuel nous permet de faire vivre Incandescence.

Métropole et département absents

En effet, Clermont Auvergne Métropole n’apporte pas de soutien financier, car ils ne sont pas au plus haut niveau dans leur sports respectifs. Autrement dit, si l’ASM Clermont Auvergne et le Clermont Foot 63 n’existaient pas, ils pourraient prétendre à une subvention métropolitaine. A titre d’exemple, le Hockey Club Clermont Auvergne qui évolue au 2ème niveau national perçoit 151.000€ de subvention de fonctionnement, le Handball Club de Cournon d’Auvergne (3ème division) 35.000€ et le HBCAM63 (2ème division) 91.000€ !

Le Conseil départemental n’apporte également aucune subvention tandis que la région Auvergne-Rhône-Alpes soutient les deux clubs en fonction du niveau.

Nos confrères de La Montagne ont publié les aides attribuées aux deux clubs pros (qui sont des Sociétés Anonymes) :

  • Ville de Clermont-Ferrand : 760.000€ pour l’ASM et 700.000€ pour le Clermont Foot
  • Clermont Auvergne Métropole : 335.000€ pour l’ASM et 330.000€ pour le CF63
  • Conseil départemental du Puy-de-Dôme : 206.000€ pour l’ASM et 112.200€ pour le Clermont Foot
  • Région Auvergne Rhône Alpes : 400.000€ pour l’ASM et 300.000€ pour la Clermont Foot

Avec 400.000€ de budget, difficile pour nos deux clubs amateurs de “lutter”, surtout dans des poules dont les équipes sont autrement plus « armées », avec des budgets dépassant allègrement le million d’euros pour la plupart d’entre elles…

Des difficultés à trouver des partenaires privés

Si le secteur public joue moyennement le jeu, c’est encore plus difficile côté partenaires privés.

Il est clair que face à l’attractivité de la Ligue 1 ou du Top 14, le National 2 et la Fédérale 2 font pâles figures. Malgré de nombreux efforts des deux clubs (et surtout de leurs dirigeants bénévoles), que ce soit le FC Chamalières ou le R3CA, la part des partenariats et mécénats reste relativement limitée.

Et les supporters ?

Alors est-ce qu’au moins les supporters sont au rendez-vous ? Là encore, on ne peut pas dire que les deux associations attirent les foules, il faut aussi avouer que les infrastructures, le stade Michel Couturier pour le rugby et le stade Claude Wolff pour le foot, ne sont pas forcément très attractives…

Du soutien de la part de l’ASM et du Clermont Foot 63 ?

Alors est-ce qu’au moins l’ASM Clermont Auvergne et le Clermont Foot 63 jouent leur rôle de locomotive ? Pour le Rugby Club Clermont Cournon Auvergne la réponse est oui. Par exemple, cette saison pas moins de 4 joueurs du pôle espoir des “jaune et bleu” ont rejoint le club de la banlieue clermontoise et les échanges sont nombreux.

Pour le FC Chamalières, dont le “grand frère” vient à peine de découvrir le plus haut niveau, c’est plus compliqué. Si deux anciens joueurs font partie de l’effectif, Jordan Lotiès et Kévin Diogo, il n’y a pas vraiment de passerelle avec le centre de formation du Clermont Foot 63 par exemple.

On sait le coach clermontois, Pascal Gastien, habitué du stade du Colombier, mais c’est avec l’AS Montferrand section Football que le club “rouge et blanc” a signé une convention…

Il faudra beaucoup d’imagination et d’abnégation pour ces deux clubs, s’ils souhaitent rivaliser et se développer.

Cet article vous intéresse ?

Recevez les prochains directement dans votre boîte mail en vous inscrivant à notre newsletter.

Partageons l'information !

À découvrir également
Tribune : « Le Projet InspiRe, grande concertation ou grosse supercherie ? »
« Sur les pas de Dubuffet en Auvergne » au MARQ
InspiRe : les habitants ont des idées mais sont-ils écoutés ?
Clermont-Ferrand : le béton étouffe la voix des citoyens

Laisser une réponse